Hall des sourcesHall des sources
©Hall des sources|Xavier Thomas

Les 9 sources

à découvrir

La Reine des villes d’eaux ne s’est pas conçue en un jour et ses sources ne sont pas nées de la dernière pluie. elles circulent allègrement depuis des siècles au cœur de notre vieille planète. si leurs vertus pour le traitement des affections articulaires et des troubles digestifs ont été bénéfiques à de nombreux curistes, leur flux bienfaisant a également influencé l’urbanisme, l’architecture et l’esthétisme de la cité thermale.

Neuf précieuses

Neuf sources sont encore exploitées dans le bassin de Vichy. Quatre d’entre elles sont consommées par les curistes dans les buvettes thermales : Chomel, Grande Grille, Hôpital et Lucas. Les deux sources bellerivoises, Antoine et Boussange, sont mélangées pour les soins thermaux : douches ou bains. Celles du Dôme et du Lys, à Abrest, servent à la préparation des boues thermales. La source Lucas est utilisée dans la composition des cosmétiques de la marque Vichy. Celle des Célestins est embouteillée. Et, comme rien ne se perd, les sels extraits des sources minérales de Vichy ou de son bassin servent à la fabrication des célèbres pastilles de Vichy. Passants et passantes ignorent souvent, que sous leurs pieds, circulent des eaux précieuses sur une dizaine de kilomètres.

Source du Dôme et du Lys

Émergente à Abrest, elles sont utilisées pour la préparation des boues thermales. Sur place la source du Lys a avalé sa vasque dans de proéminentes concrétions calcaires. Elle bouillonne dans sa marmite une soupe tellurique de commencement de la terre ou de fin du monde. De cette tambouille au fumet sulfureux ruissellent des dépôts d’oxyde ferrique orange fluo et des colonies de micro-algues vertes. Protégée par un pavillon, sa sœur jumelle, la source du Dôme affiche fièrement sont statut de deuxième source la plus chaude d’Auvergne (après Chaudes-Aygues dans le Cantal) avec ses 66°.

Source de l'Hôpital

Autrefois appelée « Gros boulet » à cause de son impétuosité, cette source est utilisée en cas de troubles digestifs, gastriques et intestinaux. Sa température est de 84°C. Connue dès l’antiquité, elle tire son nom actuel de l’hôpital civil érigé à proximité au XVIIIe siècle. Située dans l’alignement du pont de Bellerive, elle affirme la vocation thermale à tous les visiteurs qui pénètrent dans la cité. Le pavillon actuel en forme de rotonde a été construit selon les plans de l’architecte Louis Aublet en 1946. Lors des travaux, le captage romain de la source a été retrouvé, attestant de son utilisation bi-millénaire. La source de l’Hôpital est parmi les plus minéralisée de la station. Elle fut donc longtemps mise en bouteille et commercialisée, avant d’être exclusivement réservée aux curistes, comme c’est toujours le cas aujourd’hui.

La source des Célestins

Le grand destin d’une petite source, ainsi peut se résumer l’histoire de la source des Célestins. La source tire son nom de l’ordre des Célestins (aujourd’hui dissout) qui au XVe siècle avaient en charge la santé des corps et la sainteté des âmes. C’est dans l’enceinte de leur monastère que la source jaillissait naturellement, au pied de la ville fortifiée. Avec l’essor du thermalisme vichyssois notamment sous l’impulsion de Napoléon III, le nom de Vichy acquiert une notoriété mondiale. L’eau de Vichy Célestins part à la conquête du monde portée par l’image de marque de la Reine des villes d’eaux. Embouteillée, elle est commercialisée dans le monde entier où plus de 40 millions de bouteilles sont vendues chaque année.

Mais aussi

Les sources

Lucas

Elle porte le nom du baron Auguste Lucas qui l’a achetée pour l’État. La température de cette source dite tiède est de 27°, c’est la plus minéralisée des sources de Vichy. Consommée par les curistes, elle est aussi utilisée dans la fabrication des produits cosmétiques de la marque Vichy et lors des soins de l’Institut Vichy.

Chomel

Riche en fluor, une verrière dans le hall des Sources permet d’observer son jaillissement. Elle porte le nom du médecin intendant des eaux au début du XVIIIe siècle. Sa température est de 43°. Elle est prescrite aux curistes en cure de boissons.

Grande Grille

Riche en fluor, elle est très active. Aussi, elle doit se consommer modérément. Sa température est de 39°.

Boussange et Antoine

Captée à Bellerive-sur-Allier, la source Boussange est riche en gaz carbonique. Sa température s’élève à 41°. La source Antoine, dernière née des sources du bassin de Vichy, a été forée, en 1991, à Hauterive. Sa température est de 71°. Toutes deux alimentent les établissements thermaux pour les soins.

À découvrir aussi

Poursuivre l'évasion