© Minéral 89 - l'Oréal Vichy | ©L'oréal
L'institut des

Laboratoires Vichy

Une des particularités de l’activité thermale de Vichy, ce qui la rend véritablement singulière et différente, c’est l’extraordinaire créativité dans l’exploitation de la ressource minérale. Pour le dire simplement, on a tout fait au nom de Vichy : des soins, des boissons, des tissus, des pastilles, des carottes, des soupes, des douches, des sels de bain, des rouges à lèvres, des pastilles digestives, des onguents, des produits de beauté, des produits de santé… Mais de tous ces porte-drapeaux, il en est un qui fait résonner aujourd’hui le nom de la ville plus fort et plus loin : les laboratoires Vichy.

Les laboratoires Vichy,

aux sources de la beauté

Le premier protagoniste de cette histoire, c’est le docteur Prosper Haller (1869-1946). Le second protagoniste, c’est un être vivant non humain, c’est la source Lucas.
Parmi les neuf sources qu’exploite la Compagnie Fermière (sept sources chaudes et deux sources froides) la source Lucas présente des vertus anti-inflammatoires. Autrefois opportunément connue sous le nom de source des galeux, déjà célébrée par les Romains, cette source froide (27°) est la plus minéralisée des eaux de Vichy, notamment riche en potassium, lithium, magnésium et manganèse. En cure de boissons ou en pulvérisations on l’utilise pour traiter certaines affections dermatologiques : rougeurs, irritations, sécheresse…
Le 3e protagoniste de la success story, c’est l’industriel Georges Guérin, directeur des parfums Grenoville. En 1931, la Société indépendante d’hygiène dermatologique de Vichy (SIHDV) était née.
Vingt ans plus tard, le succès des produits Vichy ne se dément pas, mais peine à franchir les limites de l’hexagone en dépit du nom de la ville connu sur tous les continents.

l’Auréole devint L’Auréale,

puis L’Oréal

En 1955, après des années de coopération cosmétique, convaincu par son expertise dans la fabrication de crèmes et produits dans le secteur de la santé, L’Oréal rachète la Société d’hygiène dermatologique de Vichy. Cette acquisition est une opération gagnant-gagnant : elle permet aux Laboratoires Vichy de développer davantage la marque et son savoir-faire en exprimant leur fort potentiel sur le marché des produits cosmétiques de santé, notamment à l’international. Réciproquement, elle donne, dans le même temps, l’opportunité à L’Oréal d’accéder au réseau des pharmaciens, circuit de distribution que maîtrisait parfaitement la SIHDV. Dans le contexte, de la mondialisation (toujours heureuse à l’exportation) le développement des Laboratoires Vichy suit la croissance insolente des marchés émergents (Brésil, Chine, Russie…). A l’instar des fleurons du luxe à la française, les laboratoires Vichy exportent aujourd’hui 90% de leur production, renouant ainsi avec l’aura internationale de la ville d’eaux.

Laboratoires Vichy,

sur les ailes de la beauté

La Société indépendante d’hygiène dermatologique de Vichy, née en 1931 de la rencontre entre le docteur Prosper Haller et Georges Guérin, directeur des Parfums Grenoville scelle le mariage de l’univers de la santé et de celui de la beauté. Dans les années 1960, avec le développement de leur activité, les Laboratoires Vichy sont rapidement à l’étroit dans le site de production d’Asnières. L’Oréal qui a racheté la marque une dizaine d’année plus tôt se met en quête d’un nouveau site pour délocaliser l’usine, à l’exception du marketing, des services commerciaux et des laboratoires de recherche appelés à demeurer à Asnières. En 1973, puis à chaque décennie l’usine doit s’agrandir pour adapter son appareil productif au développement de son activité.
Dans les années 2000, la logistique est transférée dans l’entrepôt XXXL de Cosmétique active internationale construit sur la commune voisine de Creuzier-le-Neuf.
Le succès des Laboratoires Vichy réside en quelques ingrédients essentiels, au premier rang desquels figure bien sûr, cette eau unique âgée de 10 000 ans aux bienfaits dermatologiques inégalables.

Une ressource qui le vaut bien

Partant du principe que la nature lui offre son ingrédient principal et qu’il lui faut protéger cette ressource, Vichy Laboratoires s’est engagé pour faire de son usine un modèle de développement durable. Des ambitions environnementales et sociales qui ont valu à la marque le label Vitrine Industrie du Futur attribué aux entreprises ayant développé concrètement un projet novateur pour l’organisation de leur production notamment à travers le numérique et la place accordée à l’humain. L’usine a ainsi engagé il y a deux ans la démarche ARIA : Agile, Responsable, Irréprochable, Accueillant. Elle place ainsi l’environnement et l’humain au cœur de ses projets.