© Aux Marocains | Xavier Thomas
Douceurs d’antan

Aux Marocains

La boutique des Marocains est une institution à Vichy. La décoration intérieure semble s’être figée au Second Empire. Sa devanture, son intérieur et jusqu’aux trois imposants comptoirs sont d’ailleurs inscrits à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques, ce qui vous donne une autre raison de la visiter.

Depuis 1870

La confiserie

Le temps n’a pas de prise sur la boutique des Marocains dont la décoration intérieure semble s’être figée au Second Empire, comme un sucre filé caramélisé. La boutique, sa devanture, son intérieur et jusqu’aux trois imposants comptoirs sont d’ailleurs inscrits à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques, ce qui vous donne une autre raison de la visiter.

Gourmandises

Les spécialités

Outre les chocolats, les dragées, guimauves et autres marrons glacés, de nombreuses spécialités maison dégringolent en cascade des étals, comme l’Amenthille : une pâte d’amande et de pastille de Vichy broyée, nappée de chocolat noir ou l’Alma : un praliné amande-noisette enrobé d’une glace royale. Cependant, l’acmé incontesté de la maison, celui qui donne à la fois son nom et sa renommée à la boutique, c’est sans conteste le quasi-séculaire Marocain, un caramel au beurre salé et à la crème fraîche parfumé au chocolat, au café ou à la vanille, croquant à l’extérieur et fondant à cœur. Why Marocains vous demandez-vous ? Sans doute en hommage aux prestigieux curistes d’Afrique du Nord qui fréquentaient assidûment la Station à la Belle Epoque, comme le Sultan du Maroc Moulay Abdelhafid.

Visite

Mélodie en sous-sol

Aperçu de la fabrication

Depuis 1870 plusieurs générations de chocolatiers confiseurs se sont succédées dans ce bâtiment, c’est dire si le métier est bien passé sur l’ouvrage ! Le dernier maillon de cette longue chaîne d’artisans, c’est la famille Diot qui l’incarne depuis 1992. Et l’avenir semble assuré puisque Guillaume, tel son père Patrick avant lui, perpétue inlassablement les mêmes gestes : préparer la ganache puis l’étaler sur le marbre, une fois refroidie, découper les Marocains au couteau puis les tremper un à un à la fourchette dans un bain de caramel. Il n’en faut pas moins pour bâtir une légende !